Économie collaborative : tout comprendre

L’économie collaborative, vous connaissez ! Peut-être pas sous ce nom mais rien de bien nouveau là dedans. Ce qui est nouveau, c’est la possibilité de multiplier ce genre d’échanges grâce à Internet et au mobile. Faisons un petit tour de ce qu’est l’économie collaborative et comment les marques en jouent ou pourraient en jouer.

L’économie collaborative, c’est quoi ?

Derrière ce nom un peu scientifique (il y a économie dedans), se cache toutes les pratiques commerciales réalisées collectivement ou dans lesquelles l’argent n’entre pas en ligne de compte. Bref, quand on collabore entre particuliers, quoi ! On parle bien souvent du bon vieux troc. Mais aujourd’hui, ces pratiques se développent et des plateformes voient le jour pour faciliter ces échanges entre les particuliers.

Et l’uberisation, c’est quoi?

Vous avez, sans doute, entendu ce mot partout. Uber est une entreprise de taxi par des particuliers ou plus précisément une application de mise en relation d’utilisateurs avec des conducteurs réalisant des services de transport. Que vous utilisiez ou non ce service, le phénomène Uber se développe et vous voyez de nombreuses journalistes écrire des articles sur l’ubérisation de l’économie.

airbnb-new-logo-belo-feeldesain5

Cela signifie tout simplement que les secteurs où les entreprises ont toujours été seules, sont désormais en concurrence avec des particuliers qui travaillent pour un supplément de revenu. On peut notamment citer le site AirBnb ou encore les auto-entrepreneurs en artisanat, les services de location entre particuliers… Bref, le fait que cela gagne de plus en plus de domaines d’activité s’est vu donner le nom d’uberisation de l’économie.

Une tendance de consommation qui monte

Plus qu’une réponse facile à la crise économie, l’économie collaborative montre surtout un changement dans notre façon de consommer. L’âge d’or de la consommation de masse est passé. Les megas hypermarchés perdent les consommateurs qui souhaitent retrouver de l’authenticité dans leurs achats et leur redonner du sens. En effet, la crise économique fait qu’on se pose plus de questions sur quel produit acheter, pourquoi tel produit plutôt qu’un autre… Bref, on réfléchit plus et on préfère parfois la qualité sur la quantité. Certes, ce n’est pas une attitude générale mais les profils de ce type se multiplient de plus en plus. Je vous invite à relire notre article sur les nouveaux consommateurs pour en savoir plus.

Group of friends using phones

Les achats groupés

La première forme de collaboration à avoir vu le jour est celle des achats groupés. Aussi simple que bonjour, acheter à plusieurs augmente les quantités et donc baisse les prix à l’unité. C’est la technique basique de l’achat en gros. Mais cette simple technique utilisée depuis des dizaines d’années par nos CE d’entreprises, a été démocratisée et est désormais accessible aux particuliers grâce aux sites comme Groupon.

L’occasion et la location

Autre façon de participer à cette économie, c’est tout simplement le marché de l’occasion et celui de la location. On y a tous participé un jour ou l’autre mais vendre ou acheter un objet de seconde main fait aussi partie du collaboratif. Il s’agit d’une économie parallèle qui permet de prolonger la vie des biens des particuliers. C’est aussi une démarche adoptée par tous les adeptes de l’écologie/naturel / green car diminuer ses déchets et surtout recycler, c’est super important ;-).

De même pour la location. Cette démarche entre particuliers est encore peu répandue et pourtant il s’agit d’un énorme marché. Combien sont les bricoleurs et bricoleuses à avoir investi dans une super perceuse mais à s’en être servi qu’une ou deux fois ? Et pourtant, le voisin en aurait sûrement eu besoin à un moment ou un autre.

photo-materiel-en-location

C’est aussi un moyen de rentabiliser ses achats. Et pour les locataires, d’obtenir ce dont ils ont besoin en déboursant moins. De plus, la course à la possession est de moins en moins en vogue. Les consommateurs cherchent plutôt à assouvir leurs besoins au plus vite et au meilleur prix. Posséder le bien en lui-même est moins important que de pouvoir jouir de son utilisation. On voit même ce principe arriver dans le monde de la mode : certaines se font un plaisir à louer les pièces les plus prestigieuses de leur dressing et ainsi faire le bonheur d’autres fashionistas qui n’auraient pu se payer ces vêtements ou chaussures. Cela peut aussi passer par des entreprises de location de vêtements. Et oui !

Dernière possibilité : acheter un objet/ bien de créateur. Et oui, ça aussi ça contribue à l’économie collaborative. Lorsque vous encouragez un artisan ou un particulier créatif, vous participez vous aussi. C’est une façon de consommer autrement et ça permet d’avoir des pièces uniques !

Les marques s’y mettent aussi

On vous en parle tellement souvent sur TNC, les marques sont passées d’un flux quasi uniquement descendant (comme nos managers tiens !) à une volonté de réelle conversation avec leurs consommateurs. Car désormais, le rapport de force est inversé. En effet, les consommateurs ne sont plus dupes et connaissent les trucs et astuces de la publicité. Alors désormais, le moindre faux pas est sanctionné et cela est rendu possible par la diffusion de l’information, facilitée et surtout beaucoup plus rapide grâce à Internet. C’est l’avènement du consom’acteur. On en parle depuis 15 ans mais c’est toujours d’actualité 😉

Les techniques des marques

Désormais, il est vital pour les marques de proposer des produits en adéquation avec, non seulement les besoins des consommateurs mais aussi et surtout leurs envies et plus important encore, leurs valeurs. Il devient difficile d’avancer seule (la marque hein) sans prendre en compte le pouvoir grandissant des clients. Leur habileté à être conseillés par leurs pairs rend indispensable la transparence et la constance des prestations délivrées par les marques. Tant dans le processus de vente que dans celui de la simple information ou même du SAV.

marketing-participatif-danette

Ainsi, pour arriver à leurs fins, les marques utilisent différents procédés. On peut d’abord penser à la simple communauté. Les comptes des marques sur les réseaux sociaux sont là pour divertir les communautés, c’est sûr. Mais elles sont aussi présentes simplement pour écouter les consommateurs, voir comment ils réagissent aux visuels, aux informations qu’elles divulguent, leur proposer aussi de participer/ donner leur avis sur les prochains produits, leurs noms, leur packaging, leur saveur… Cela ne se passe pas uniquement sur les réseaux sociaux. Les marques utilisent bien évidemment le web, les marketing direct, la presse ou l’affichage pour leurs campagnes de marketing participatif.

Vous avez aussi quelque chose de très en vogue depuis quelques années : le crowdfunding. Encore plus utilisé par les start-up ou les organisations culturelles, le crowdfunding permet de récolter des fonds et des ambassadeurs par la même occasion. En effet, les personnes qui décident de donner de l’argent pour un projet quel qu’il soit, croient en ce dernier et sont prêts à le défendre devant leurs amis par exemple. C’est une mine d’or. Et tout cela aide à créer un monde plus collaboratif…

Peut-on aller plus loin ?

Pour autant, on peut se dire que cette collaboration reste minime. Les marques ont toujours voulu intégrer la vie quotidienne des clients. Pour cela, elles donnaient des petits cadeaux à l’effigie de la marque pour que ces derniers voient le logo de la dite marque tous les jours. C’est notamment le cas des magnets pour frigo(merci Père Dodu !). Vous les mettez sur votre garde-manger et avez les yeux rivés dessus plusieurs fois par jour…

ville 2030 futur japon imagination reve

Et bien, certains penseurs/rêveurs ont déjà imaginé un monde où les marques s’investissent vraiment dans notre vie. Une vie où chaque quartier d’une ville seraient sponsorisé par une marque, où les cours de cuisine seraient dispensés par une autre, où une autre encore s’occuperait de la lessive, où chacun participerait en donnant un peu de temps pour récolter les légumes sur le toit de l’immeuble… Bref un monde de totale collaboration basé sur les compétences et savoirs de chacun, pour mieux vivre ensemble. Je vous invite à lire l’article La vie du consommateur est devenue un long fleuve tranquille, super intéressant sur le site d’Influencia et venir nous dire ce que vous en pensez.

Estelle

Estelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s