Des égéries là où on ne les attend pas (partie 1)

Des stars du grand écran ou des chanteurs(ses) dans des publicités promouvant des cosmétiques, du parfum ou du prêt-à-porter, cela semble complètement banal. En effet, ces célébrités représentent le glamour et sont admirées par des millions de personnes. Mais parfois certaines associations nous laissent perplexes. Il est vrai que l’on ne comprend pas toujours le lien entre une marque ou un produit et une star.

Faire appel à une égérie, c’est une stratégie marketing très répandue aujourd’hui. De nombreuses célébrités sont l’image d’une marque ou d’un produit bien défini. Quand on vous dit « Kinder Bueno », vous pensez bien évidemment à Jo-Wilfried Tsonga. Mais moi j’ai envie de dire : « Pourquoi ? ». Qu’il fasse une publicité pour du déodorant résistant pour les personnes sportives, cela semble cohérent, mais pour une barre chocolatée à destination première des enfants (pour information, « kinder » signifie « enfant » en allemand), cela est tout de suite moins logique.

tsonga-kinder-bueno-kindarena-2013-nouvelle-pub

Cette campagne de publicité n’est pas passée inaperçue avec son « On partage ? » et sa « petite faim ». Il y a d’ailleurs eu deux épisodes : en 2010 celui dans son appartement et en 2011 celui dans la supérette. On ne comprend pas tellement le lien entre le chocolat et le tennis. Bien sûr, il y a le facteur argent qui vient en compte, mais en dehors de cela, je pense que la raison pour laquelle il a accepté cette alliance c’est pour la popularité que cela lui a apporté. Kinder Bueno est appréciée par tous les membres de la famille, petits et grands sont séduits par ces goûters généreux. Son image s’est alors démocratisée et il n’a plus été qu’un sportif vaguement connu, il est aujourd’hui l’un des joueurs français les plus reconnus. Quelques effets néfastes sont néanmoins apparus, des parodies de ces pubs un peu légères sur le plan du scénario comme du décor. Mais la marque ne s’est pas démontée et a réagi avec beaucoup d’humour. Elle a alors créé la « Saga part en live sur Youtube » : une série de petites vidéos parodiant les dialogues des fameuses publicités avec Jo-Wilfried Tsonga qui se moque de lui-même.

Restons du côté des sportifs et retrouvons cette fois Tony Parker, égérie de Quick pour des éditions limitées de burgers bien français. Notre « petit » Français parti aux Etats-Unis est la nouvelle égérie du fast-food non-américain, depuis 2011 et ce jusque 2014. Un francophone aux USA, l’image paraît tout à fait cohérente pour vendre des burgers « frenchy ». Mais je trouve bizarre qu’un sportif soit le représentant d’une marque de fast-food qui va à l’encontre de l’idée que l’on se fait d’un basketteur professionnel : sport et bonne hygiène de vie. Néanmoins pour la marque, le bénéfice est évident : la star mondialement connue vantant les mérites de ces produits, il n’y a rien de tel pour attirer la clientèle.

tony burgers quick

Le partenariat a déjà donné lieu à deux éditions : en 2011, le « French Burger » de Tony Parker, et en 2012, les « Tony Burgers » au bleu ou à la raclette, des fromages bien de chez nous pour revendiquer sa fierté (des produits locaux comme des stars locales).

Aujourd’hui je vous ai présenté les publicités avec deux sportifs bien connus chez nous. Dans un prochain article, on se concentrera davantage sur des célébrités « strass et paillettes » comme des stars de cinéma par exemple. Mais pour ce qui est de nos deux athlètes du jour, je pense que ce qu’il en ressort globalement c’est la popularité qu’ils ont pu y gagner. Des marques « grand public » avec une image sympathique et accessible, cela leur a permis de se rapprocher de la population française. Ils ont réduit la distance que peuvent créer les compétitions de haut niveau auxquelles ils participent : NBA pour Tony Parker et Roland Garros ou Winbledon par exemple pour Jo-Wilfried Tsonga. Ils deviennent des personnes un peu plus comme tout le monde qui mangent la même chose et que l’on voit régulièrement à travers les publicités. Ils deviennent des sportifs que l’on admire et des personnes que l’on apprécie, pari réussi alors ?

Et vous, qu’en pensez-vous ? Aimez-vous les associations sportifs et publicités ? Ces partenariats pas toujours cohérents vous dérangent-ils ?

candice89By CandiceGutt

Advertisements

Une réflexion sur “Des égéries là où on ne les attend pas (partie 1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s